ACTUALITÉS

DE LA GRECE ANTIQUE A PEYONGCHANG QUE DE CHEMIN PARCOURU

8 mars 2018

Dans La Grèce antique, les femmes étaient considérées comme des porteuses de malheur. Elles ne participaient pas aux JO.
Dans notre monde moderne, l’ascension des femmes dans le Mouvement olympique n’a pas été facile, et Pierre De Coubertin s’y est toujours opposé.

Puis, lentement les choses ont changé. Petit rappel :

Ce n’est qu’en 1900, que pour la première fois, des femmes ont participé aux Jeux à Paris, en France. Vingt-deux femmes (2,2%) sur un total de 997 athlètes ont participé à cinq sports : tennis, voile, croquet, équitation et golf.

En 1928 la participation des femmes aux Jeux Olympiques atteint près de 10 %

En 1960, trente ans plus tard  aux Jeux Olympiques d’hiver, plus de 20% des participants étaient des femmes.

1981 – Mme Flor Isava-Fonseca et Mme Pirjo Haeggman ont été les premières femmes à être cooptées en tant que membres du CIO.

1990 – Mme Flor Isava Fonseca a été la première femme à être élue membre de la commission exécutive du CIO.

1991 – Une décision historique a été prise par le CIO: Tout nouveau sport cherchant à être inclus dans le programme olympique devait inclure des épreuves féminines.

1995 – Le CIO a créé un groupe de travail sur les femmes et le sport chargé de conseiller le Conseil exécutif sur les politiques appropriées à mettre en œuvre dans le domaine de l’égalité des sexes.

1996 – La première Conférence mondiale du CIO sur les femmes et le sport a eu lieu à Lausanne, en Suisse. Plusieurs recommandations ont été faites, notamment « que les FI et les CNO créent des comités spéciaux ou des groupes de travail composés d’au moins 10% de femmes pour concevoir et mettre en œuvre un plan d’action en vue de promouvoir les femmes dans le sport ».

2014 – Les femmes représentaient 40% des participants aux Jeux Olympiques d’hiver.
En Europe les COE constituent la commission pour l’égalité des genres dans le sport.

A ce jour, 11 Européennes sont membres du CIO.

Aux Jeux de PyeongChang cette année, pour la première fois dans l’histoire des Jeux d’hiver, il y avait presque autant de compétiteurs féminins que masculins – les femmes représentant un record de 43% de tous les athlètes à PyeongChang, comme l’a noté le CIO.

Toujours pendant ces tout derniers JO d’hiver, les athlètes féminines aux Jeux ont bénéficié d’une exposition médiatique sans précédent. Un projet pilote a été lancé pour faciliter une représentation équilibrée des hommes et des femmes dans la couverture sportive.

Ce projet fait suite aux 25 recommandations approuvées par la commission exécutive du CIO et à une révision globale de la question de l’égalité des sexes au sein du Mouvement olympique.

Éviter les préjugés et les stéréotypes sexistes est en effet une action des actions clés recommandées par le groupe de travail en charge de l’égalité des sexes, placé sous la conduite de Marisol Casado, membre du CIO.

Que de chemin parcouru …. et ce n’est pas fini!