ACTUALITÉS

LE RETOUR EN OR DE MAJLINDA KELMENDI

24 juin 2019

La judoka n°1 au monde, Majlinda Kelmendi du Kosovo, est de retour sur le tatami après un an d’absence des compétitions à la suite d’une blessure au dos et au genou. Elle a accepté de partager avec les COE ses émotions après son fantastique retour en pleine forme aux Jeux Européens de Minsk 2019, où elle a remporté samedi l’or dans la catégorie des – 52 kg.

La légende kosovare Majlinda Kelmendi était une force imbattable dans le monde du judo jusqu’à ce qu’elle soit sérieusement blessée après les Jeux olympiques de Rio 2016, où elle était devenue la première athlète kosovare à remporter une médaille olympique, et qui plus est, en or.

N’ayant pu participer à aucun championnat depuis 2017, elle avait soif de remporter cette année la victoire à Minsk, et sa détermination a porté ses fruits.

«Ce fut une journée longue et difficile, mais je voulais juste montrer que j’étais revenue», a déclaré Kelmendi, sacrée championne aux Jeux Européens le 22 juin à Arène Chizhovka avec une victoire sur la Russe Natalia Kuziutina, médaillée de bronze de Bakou 2015.

« Honnêtement, ça n’a pas été facile du tout, mais au final, j’ai remporté la médaille d’or et pour moi c’est la première médaille aux Jeux Européens », at-elle ajouté.

Se remettre en jeu après un accident physique n’est jamais facile, a-t-elle avoué, en évoquant la pression mentale à laquelle elle avait été soumise. « On peut être en bonne santé et forte, mais si la bonne santé n’est pas dans la tête, c’est encore plus difficile. »

Kelmendi, qui avait été blessée lors des premiers Jeux Européens à Bakou, était ravie de disputer la compétition à Minsk, où la foule ne l’a pas déçue, en encourageant à chaque lancer l’athlète la plus aimée du Kosovo.

«Nombreux sont ceux qui nous ont soutenus, moi et mes coéquipiers», a déclaré l’athlète de 28 ans. «Il y a eu une bonne ambiance et nous avons senti leur soutien. Je suis heureuse de ne pas les avoir déçus.  »

Après avoir remporté l’or à l’âge de 18 ans aux Championnats du monde juniors 2009 à Paris, la carrière de Kelmendi a décollé de façon prodigieuse en remportant deux championnats du monde, quatre championnats d’Europe et d’innombrables autres médailles avant de devenir championne olympique en 2016. Mais arriver là où elle aujourd’hui n’a pas été de tout repos.

«J’ai eu beaucoup de problèmes au cours de ma carrière. Beaucoup de choses et de personnes ont tenté de m’arrêter. Lorsque vous réussissez, vous n’êtes pas aimée de tout le monde, tout le monde ne vous soutient pas », a-t-elle commenté. « Il y a toujours quelqu’un qui essaie de démolir votre réputation, alors ça n’a pas été toujours facile, mais je suis heureuse de ce que j’ai accompli. »

La plus grande icône sportive du Kosovo a commencé à pratiquer le judo à l’âge de 8 ans dans sa ville natale de Peja, juste après la fin de la guerre du Kosovo. La pratique du judo l’a aidée à «devenir quelqu’un» et lui a permis d’aider ses parents, qui avaient perdu leur emploi après les effets négatifs de la guerre et la fermeture d’usines dans le pays.

Le triomphe de Majlinda a transformé le judo en le sport individuel le plus populaire au Kosovo, et ce en grande partie grâce à son mentor et entraîneur Driton Kuka. Kuka était l’un des talents les plus prometteurs en judo de son pays lorsqu’il était adolescent, mais la guerre en Yougoslavie l’avait contraint à mettre fin à sa propre carrière sportive dès l’âge de 19 ans.

Il a su insuffler ses ambitions sportives à Majlinda, devenue ainsi la première championne olympique kosovare et une héroïne dans son pays. Elle s’efforce par conséquent d’être un modèle pour les jeunes athlètes, en les encourageant à viser toujours plus haut dans le monde du sport.

«J’ai commencé dans une petite ville, je suis maintenant la meilleure au monde», a-t-elle déclaré. “Donc, si vous voulez quelque chose, vous devez travailler très dur pour cela et croire en vous-même. C’est tout ce que j’ai fait et cela m’a amené là où je suis aujourd’hui. »

La discipline et la rigueur font partie de la réussite d’une sportive, mais même l’athlète la plus accomplie au monde a parfois besoin d’un mot d’encouragement. “[Les gens] pensent que parce que tu es une olympienne, tu n’en as pas besoin, mais pourtant honnêtement, j’en ai besoin. Même si vous êtes bon, vous avez parfois besoin qu’on vous le dise quelque fois, qu’on vous dise que vous êtes fort et que vous pouvez y arriver. »

Majlinda tente de rester positive et de reconnaître le travail acharné qu’elle a consacré à ses performances.  » Avant une rencontre, je pense simplement que je suis la meilleure, que j’ai travaillé très dur, que je suis assez forte et que je peux réussir. »

Après le succès remporté aux Jeux Européens de cette année, la double championne du monde ne souhaite rien d’autre que se reposer, mais les vacances ne sont malheureusement pas au programme.

«Je peux me détendre [pendant quelques jours], mais je dois ensuite m’entraîner à nouveau. Dans trois semaines, je participerai au Grand Prix de Budapest 2019, mais l’objectif principal de cette année ce seront les Championnats du monde de judo à Tokyo en août. J’espère – et je crois – que je serai en pleine forme», a-t-elle ajouté.

Après la fin des Championnats du monde, Majlinda Kelmendi sera prête à commencer son entraînement pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, prouvant ainsi que sa volonté de conserver sa couronne de championne la plus courageuse et méritante au monde n’a pas de limites.