ACTUALITÉS

L’Italie continue d’émerveiller avec le sprinter Jacobs et le champion de saut en hauteur Tamberi qui entrent dans l’histoire à Tokyo 

Les premiers indices que cette année allait être l’année de l’Italie sont apparus lorsque le groupe italien Maneskin a remporté en mai l’Eurovision de la chanson.

Puis ce fut le championnat d’Europe de football en juin et juillet.

Pour couronner le tout, le premier août, Marcell Jacobs a remporté le 100 mètres aux Jeux olympiques de Tokyo succédant ainsi à Usain Bolt en tant que l’homme le plus rapide du monde.

Et qui a été le premier homme à serrer dans ses bras Jacobs après avoir franchi la ligne avec un record personnel de 9,8 secondes dimanche ?  Gianmarco Tamberi, l’athlète italien de saut en hauteur qui venait de remporter l’or dans son épreuve à égalité avec Mutaz Essa Barshim du Qatar.

Le président du Comité olympique italien Giovanni Malagò a qualifié les faits de « plus grand jour de l’histoire du sport italien ».

« Nous avons accompli quelque chose d’épique et d’extraordinaire – tout comme le succès du football – et tout cela unit le pays », a déclaré Malagò.  « Nous avons vécu des victoires épiques, comme la Coupe du monde de football (quatre fois), mais en ce qui concerne les Jeux olympiques, les petits-enfants de nos petits-enfants liront un jour ces faits dans les livres d’histoire. »

Les succès ont été un reconfort bien apprécié pour un pays qui a passé une grande partie des 16 derniers mois à différents niveaux de confinement.  L’Italie a été le premier pays en dehors de d’Asie à être touché par la pandémie de COVID-19 et en a énormément souffert.

« Et maintenant, nous avons l’homme le plus rapide du monde et l’homme qui saute le plus haut », a déclaré Malagò.  “Marcello et ‘Jimbo’ ont fait la fierté de tous les Italiens.  Et bien plus qu’on puisse le dire.”

Avec encore une semaine de compétitions, l’Italie a déjà remporté un total de 26 médailles aux JO dans tous les sports, seulement deux de moins que celles que les Azzurri ont remporté à Rio.

Un beau geste de sportivité 

L’exploit de Tamberi a été aussi une belle preuve de respect et d’amitié.

Lors de la fin à suspens de la finale olympique du saut en hauteur, les athlètes italien et qatari ont accepté de partager la médaille d’or, après avoir chacun sauté à 2,37 m.

Ils ont tous les deux franchi la barre la plus haute, mais lorsqu’il s’est agi de décider du vainqueur, les deux champions olympiques ont choisi de maintenir égalité, sans tentative pour départager leurs résultats.

Tamberi est devenu le deuxième Italien à remporter l’or du saut en hauteur aux Jeux Olympiques, après Sara Simeoni qui en 1980 avait remporté la compétition féminine à Moscou.

Tamberi avait amené avec lui à Tokyo son plâtre en souvenir de ses sacrifices pour remporter l’or.  On pouvait y lire : « Le chemin vers … Tokyo. »

« Après mes blessures, je voulais juste revenir, mais maintenant j’ai cette médaille d’or, c’est incroyable. J’en ai rêvé tellement de fois », a déclaré Tamberi.  « On m’a dit en 2016, juste avant Rio, qu’il y avait le risque que je ne puisse plus concourir. Cela a été un long voyage. »

Maksim Nedasekau, de Biélorussie, a également franchi le saut de 2,37 mètres, mais a remporté le bronze après avoir échoué à plusieurs reprises pour franchir la barre.

 

Source : CNN – NBC New York